Les Émirats arabes unis sont devenus mercredi le premier État du Golfe à ouvrir une ambassade en Israël, tandis que leur envoyé a salué les opportunités de commerce et d’investissement que des liens plus étroits apporteraient lors d’une cérémonie de lever du drapeau à laquelle assistait également le président israélien.

Réunis par une inquiétude commune à l’égard de l’Iran, les Émirats arabes unis et Bahreïn ont normalisé leurs relations avec Israël l’année dernière dans le cadre des “accords d’Abraham” élaborés par l’administration du président américain de l’époque, Donald Trump.

Depuis, le Soudan et le Maroc ont également entrepris d’établir des liens avec Israël.

L’ouverture de l’ambassade des Émirats arabes unis, située à la Bourse de Tel Aviv, fait suite à l’inauguration de l’ambassade d’Israël aux Émirats arabes unis le mois dernier.

“Depuis la normalisation des liens … nous avons assisté pour la première fois à des discussions sur les opportunités de commerce et d’investissement”, a déclaré l’ambassadeur des EAU, Mohamed Al Khaja, après avoir hissé le drapeau de son pays à l’extérieur du bâtiment.

“Nous avons signé des accords majeurs dans divers domaines, notamment l’économie, le transport aérien, la technologie et la culture.”

UAE Ambassador to Israel, Mohamed Al Khaja, Israeli President Isaac Herzog, and other officials press a button to start the stock exchange market during the opening ceremony of the Emirati embassy in Tel Aviv, Israel July 14, 2021. REUTERS/Amir Cohen

Le président israélien Isaac Herzog a qualifié l’ouverture de l’ambassade “d’étape importante dans notre cheminement vers l’avenir, la paix, la prospérité et la sécurité” pour le Moyen-Orient.

“Voir le drapeau émirati flotter fièrement à Tel-Aviv pouvait sembler un rêve farfelu il y a environ un an”, a-t-il déclaré. “À bien des égards, rien ne pourrait être plus naturel et normal”.

Dans les Émirats arabes unis le mois dernier pour inaugurer l’ambassade temporaire d’Israël à Abu Dhabi et le consulat à Dubaï, le ministre israélien des affaires étrangères Yair Lapid a déclaré que le commerce bilatéral depuis la normalisation dépassait 675 millions de dollars et qu’il s’attendait à d’autres accords.

Le rapprochement régional a été déploré par les Palestiniens, qui souhaitent que leurs demandes d’un État libre de l’occupation israélienne soient traitées en priorité.

Les Émirats arabes unis ont déclaré que les accords conclus l’année dernière sous l’égide des États-Unis, qui ont remis en question l’allégeance aux ambitions palestiniennes, vieille de plusieurs décennies, en tant que moteur principal de la politique arabe, bénéficieraient en fin de compte aux Palestiniens.

Reportage de Steven Scheer Rédaction de Jeffrey Heller et John Stonestreetreuters

Traduit avec DeepL