Pétrole : vers 80 $ le baril

Pétrole

Les prix du pétrole ont grimpé lundi, dernier signe d’une pénurie énergétique mondiale.
Le brut Brent a augmenté de 2,3 % à 79,80 $, son prix le plus élevé depuis octobre 2018.
Les analystes de Goldman Sachs ont déclaré que le Brent, qui est basé sur l’industrie de la mer du Nord, pourrait atteindre 90 dollars le baril d’ici la fin de l’année.
Les prix du gaz ont grimpé en flèche pour atteindre des sommets historiques ces dernières semaines en raison de la faiblesse de la production mondiale, des faibles exportations de la Russie, des mauvais niveaux de stockage au Royaume-Uni et ailleurs en Europe, et de la hausse de la demande des économies qui sortent de situations de blocage.
Les prix élevés du gaz augmentent la demande de pétrole pour produire de l’électricité.
Le plus grand négociant indépendant de pétrole au monde, le groupe Vitol, a déclaré qu’il s’attendait à ce que la demande mondiale de brut augmente de 500 000 barils par jour cet hiver.
L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) convient qu’il y aura une augmentation de la demande, mais elle s’attend à ce que ce chiffre soit légèrement inférieur, à savoir environ 370 000 barils supplémentaires par jour.
La levée des restrictions imposées aux visiteurs du Royaume-Uni et de l’Union européenne aux États-Unis en novembre devrait également faire grimper les prix, la résurrection des voyages transatlantiques faisant augmenter la demande de carburéacteur.
Entre-temps, l’offre a été limitée par les dégâts causés par l’ouragan Ida, qui s’est abattu sur le golfe du Mexique à la fin du mois d’août et a obligé Shell à interrompre la production dans ses installations offshore près de Houston, au Texas.