Une équipe de chercheurs a trouvé le moyen de faire tenir 500 téraoctets sur un disque de verre pas plus grand qu’un Blu-Ray. C’est 10 000 fois plus de données que ce que l’on peut conserver sur nos disques actuels.

Des chercheurs de l’université de Southampton, au Royaume-Uni, ont publié des travaux qui décrivent une nouvelle méthode de stockage « 5D » révolutionnaire. La structure 5D, construite à partir de verre de silice, peut conserver des données à long terme et atteindre des densités de stockage 10 000 fois supérieures à celles de la technologie Blu-Ray actuelle. Pour rappel, en passant des lasers rouges aux lasers bleus avec un faisceau plus fin, la capacité de stockage des DVD était passée de 4,7 Go à 25 Go pour permettre aux disques Blu-ray de contenir des films encodés en HD ou en UHD.

Désormais, à l’aide d’impulsions laser femtosecondes, une nouvelle technique permet de modifier la structure cristalline du verre d’une manière si précise que, selon ses créateurs, elle pourrait permettre de stocker jusqu’à 500 téraoctets de données sur un disque de verre de la taille d’un Blu-ray.

LES DONNÉES PEUVENT ÊTRE CONSERVÉES PENDANT PLUSIEURS MILLIARDS D’ANNÉES

Selon les chercheurs, un des principaux avantages de cette nouvelle technologie de stockage est la durée pendant laquelle les données peuvent être conservées. En effet, un disque 5D pourrait être lisible même après 13,8 milliards d’années et il serait également capable d’être chauffé à 1 000 degrés Celsius.

Actuellement, les chercheurs travaillent sur une technologie nommée « amélioration du champ proche ». Elle leur permet de créer les nanostructures avec des impulsions lumineuses plus faibles. Ainsi, non seulement l’écriture et le stockage des données nécessitent moins d’énergie, mais ils peuvent également être effectués à une vitesse plus rapide. Selon les chercheurs, la technique permet d’écrire à une vitesse de 1 000 000 de voxels par seconde, ce qui équivaut à enregistrer environ 230 kilo-octets de données par seconde.

Il faudrait donc environ deux mois pour remplir un disque de 500 To, après quoi les données stockées ne pourront plus être modifiées. Pour l’instant, l’équipe a réussi à prouver que cette technique fonctionne en écrivant et en récupérant 5 Go de données textuelles sur un support optique 5D. On espère que ce nouveau système de stockage sera bientôt disponible pour tous les consommateurs. En attendant, on sait que d’autres chercheurs travaillent sur des disques durs capables de stocker 10 fois plus de données grâce au graphène.

Par WILLIAM ZIMMER phonandroid