POINTS CLÉS

1- Bien que cette région ne soit pas la plus importante pour les États-Unis, il existe des préoccupations et des développements qui affectent les intérêts vitaux de l’Amérique.

2- Le défi pour les Etats-Unis est d’aider à endiguer le recul démocratique, la stagnation économique et l’influence de Pékin.

3- L’attention des États-Unis en Afrique du Nord restera probablement concentrée sur le Maroc.

Il y a plusieurs raisons pour lesquelles il est intéressant d’examiner l’engagement terne de Washington dans les nations d’Afrique du Nord. Bien que cette région ne soit pas la plus importante pour les États-Unis, il existe des préoccupations et des développements qui affectent les intérêts vitaux de l’Amérique.

Depuis l’attaque du 11 septembre 2012 contre la station diplomatique américaine à Benghazi, en Libye, tuant l’ambassadeur américain J. Christopher Stevens et trois autres Américains, les présidents ont été réticents à s’engager profondément dans la région. Malgré les récents développements, le président Joe Biden semble vouloir poursuivre une politique d’ambivalence. L’administration manque d’une stratégie sérieuse et les hauts responsables politiques américains n’accordent pas suffisamment d’attention à la région.

L’énergie et la Libye

L’évolution régionale la plus significative est la quête spectaculaire de l’Europe pour diversifier ses sources de gaz naturel et de pétrole afin de réduire sa dépendance vis-à-vis de la Russie. En juillet, le gouvernement italien a signé une série d’accords avec l’Algérie. Cependant, peu d’intérêt semble avoir été porté à la remise sur le marché mondial de l’importante production de gaz et de pétrole de la Libye.

L’administration du président Donald Trump a flirté avec l’idée de l’Afrique du Nord comme source d’énergie alternative depuis que les sanctions occidentales ont réduit les importations en provenance d’Iran. Une baisse importante des prix mondiaux à l’époque a contribué à ce que les États-Unis perdent rapidement leur intérêt. Depuis lors, les États-Unis ne se sont pas réengagés de manière substantielle, malgré un regain d’intérêt pour les chaînes d’approvisionnement énergétique alternatives à la suite de l’invasion de l’Ukraine par le président Vladimir Poutine.

La démocratie et la Tunisie

La Tunisie, qui compte 12 millions d’habitants, a un jour été considérée comme la plus grande réussite du printemps arabe qui a débuté en 2010 et a renversé les dirigeants autoritaires de la région. La promesse de démocratisation, de bonne gouvernance et de stabilité politique a fait de la Tunisie un partenaire de sécurité régionale potentiellement attrayant pour les États-Unis. Même au plus fort de l’expansion de l’organisation terroriste État islamique (également connue sous le nom d’ISIS ou Daesh) de 2012 à 2018, et malgré le grand nombre de combattants étrangers qu’ISIS avait depuis la Tunisie, le gouvernement s’est efforcé de lutter contre le terrorisme et de sécuriser ses propres frontières.

Les États-Unis et la Tunisie ont rapidement fait progresser les relations bilatérales et le dialogue stratégique, y compris une discussion naissante sur un accord commercial. Plus récemment, cependant, l’agitation politique en Tunisie s’est accrue. Comme l’écrivait récemment mon collègue de la Heritage Foundation, Stefano Graziosi, “la tension politique est vive depuis l’été dernier, lorsque des manifestations contre le mouvement Ennahda, le parti majoritaire, ont éclaté en raison de la crise économique et de la mauvaise gestion de la pandémie de Covid-19.” Ennahda, au cœur de l’opposition politique, est un parti controversé, longtemps lié aux Frères musulmans et accusé de tenir des positions islamistes extrêmes. Entre-temps, les politiques gouvernementales sont de plus en plus autoritaires.

Comme l’a conclu Joshua Meservey, expert de l’Afrique à la Fondation Heritage : Les “élites tunisiennes ont démontré qu’elles n’ont pas la volonté d’entreprendre les réformes difficiles nécessaires. Ses aspirations à devenir un pays démocratique sont désormais également en suspens pour on ne sait combien de temps, compte tenu des récents développements politiques dans ce pays.”

Il y a également un regain de tensions entre la Tunisie et le Maroc, une puissance régionale essentielle qui compte 37 millions d’habitants. Le Maroc a rappelé son ambassadeur à Tunis “pour consultations” après que le président tunisien Kais Saied a invité le chef du Front Polisario, qui soutient l’indépendance du Sahara occidental, à une conférence.

La Chine a également une empreinte croissante et potentiellement perturbatrice en Tunisie.

Malgré les troubles en Tunisie, le pays reste important pour les États-Unis en raison de sa position stratégique sur la mer Méditerranée et en Afrique du Nord. Bien que pauvre en ressources, la Tunisie dispose d’un niveau d’éducation élevé et d’une technologie numérique avancée qui pourrait potentiellement permettre une économie productive et ouverte. Toutefois, une croissance tirée par le secteur privé ne peut se produire sans l’adhésion des élites.

Le défi pour les États-Unis est d’aider à endiguer le recul démocratique, la stagnation économique et l’influence de Pékin. Cependant, Washington montre peu d’intérêt à s’engager dans cet effort.

La sécurité et le Maroc

Contrairement aux problèmes de la Tunisie et de la Libye, le Maroc a été un partenaire éprouvé et productif pour les États-Unis. Washington semble satisfait de s’appuyer sur cette relation pour superviser sa connaissance générale de la situation et son engagement dans la région.

Récemment, les États-Unis et le Maroc ont convenu de continuer à développer la coopération bilatérale en matière de sécurité. L’engagement se concentre sur le terrorisme transnational, le crime transnational et les cybermenaces. Cet effort, cependant, est principalement basé sur l’élan de la relation construite par l’administration américaine précédente.

En outre, Israël, l’allié stratégique américain le plus important dans la région, a récemment signé de nouveaux accords de partenariat avec le Maroc, une excroissance des accords d’Abraham, une autre initiative des années Trump.

Scénarios

Une enquête auprès des professionnels du savoir à Washington, D.C., familiers des politiques de l’administration Biden, n’a pas permis de découvrir de changement ou d’initiative significative à venir de la part du gouvernement, malgré les défis de la région.

La situation la plus probable est que les intérêts américains dans la région continueront à souffrir et que l’administration ne fera aucun effort significatif pour les améliorer. Plus précisément, on peut s’attendre à une plus grande expansion de l’influence chinoise, à la mesure de la priorité globale de Pékin qui consiste à étendre son empreinte sur le continent, en l’absence d’une opposition ou d’une concurrence significative de la part des États-Unis ou de l’Europe.

Il ne semble pas y avoir de fin évidente en vue, ni pour les graves problèmes de sécurité en Libye, ni pour l’état de la gouvernance et le malaise économique en Tunisie.

La Libye continue d’être secouée par le conflit interne et les influences concurrentes des puissances extérieures en Europe, au Moyen-Orient et en Russie.

Alors que la Russie a été distraite par sa guerre contre l’Ukraine, notamment en détournant les ressources de son entrepreneur militaire de l’ombre, le Groupe Wagner, elle tient à continuer d’exercer son influence en Libye et dans la région.

Pendant ce temps, il semble que l’élite tunisienne n’ait aucune perspective de faire autre chose que de maintenir le statu quo.

L’Algérie reste corrompue, oppressive et potentiellement instable, bien que soutenue récemment par l’augmentation des ventes d’énergie, notamment à l’Europe.

Tous ces défis laissent plus qu’assez d’espace au terrorisme et à l’extrémisme islamiques pour rester une préoccupation endémique pour la sécurité publique et le développement économique.

Ces développements garantissent pratiquement que l’immigration illégale vers l’Europe occidentale restera un problème persistant. Étant donné qu’aucun de ces défis n’est susceptible de générer des menaces de sécurité significatives pour les États-Unis ou l’Europe ou de mettre en danger des intérêts vitaux, le monde ne peut s’attendre qu’à un investissement minimal de Washington dans l’engagement économique, le développement énergétique et les affaires de sécurité dans la région. L’attention des États-Unis en Afrique du Nord restera probablement concentrée sur le Maroc.

Source : heritage

Cet article a été initialement publié dans Geopolitical Intelligence Services Reports Online.

Traduit avec DeepL

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Évènements à venir