Avec la mort de Jean-Paul Belmondo, à 88 ans, le 7e art perd une de ses figures les plus populaires, un acteur sachant tout faire, sans se prendre trop au sérieux, des films d’action aux plus belles heures du cinéma d’auteur.

L’acteur Jean-Paul Belmondo, monstre sacré du cinéma français, est décédé lundi à son domicile à Paris à l’âge de 88 ans, a annoncé son avocat à l’AFP. L’acteur français était né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine. Il avait également été producteur de cinéma et directeur de théâtre.

“Il était très fatigué depuis quelque temps. Il s’est éteint tranquillement”, a écrit sa famille dans le communiqué, transmis par Me Michel Godest. Celui qu’on surnommait Bébel a tourné dans 80 films et laisse derrière lui des rôles inoubliables. De “Pierrot le fou” à “L’As des as”, l’acteur au charisme exceptionnel a eu l’itinéraire d’un enfant gâté du cinéma, champion du box-office, durant 50 ans de carrière. 

Sa mort tourne une page majeure du cinéma français, Belmondo partant après sa bande d’amis du conservatoire, Jean Rochefort, Jean-Pierre Marielle, Bruno Crémer ou encore Claude Rich… Ces dernières années, il avait dû enterrer ses complices, de Guy Bedos au meilleur ami, Charles Gérard, avec lequel il ne cessait de partager fous rires et matchs à Roland-Garros.

Sa carrière commencée sur les planches l’a mené en un demi-siècle aux sommets du box-office français, avec 130 millions de spectateurs cumulés au cinéma. Après une attaque cérébrale pendant un tournage en 2001, il restera fortement handicapé. Bébel a obtenu un César en 1988 pour “Itinéraire d’un enfant gâté”, ainsi qu’un César d’honneur en 2017.