Azmi Bishara, un porte-parole de Doha, critique le leadership incompétent du chef islamiste.
DOHA – Le Qatar a signalé un changement de position sur ce qui se passe en Tunisie depuis le 25 juillet. Ce changement reflète une perte de faveur du chef du mouvement Ennahda, Rached Ghannouchi, à Doha.

Les récentes prises de position de l’universitaire Azmi Bishara, qui est connu pour être un porte-parole médiatique de Doha, donnent quelques indices sur l’ampleur de ce changement, à un moment où Ghannouchi a besoin de plus de témoignages de soutien que de reproches.

Bishara tient Ghannouchi pour responsable de l’échec de la protection de l’expérience du pouvoir islamiste en Tunisie.

Dans un texte qu’il a publié sur son compte Facebook officiel, Bishara n’a pas critiqué les performances d’Ennahda au cours des derniers mois qui ont précédé les mesures d’urgence annoncées par le président Kais Saied, qui ont suspendu le Parlement et destitué le Premier ministre, le mois dernier. Il a plutôt critiqué Ennahda pour ses piètres performances au cours des dix dernières années. Il l’a implicitement blâmé pour l’échec de son expérience au gouvernement, qui a longtemps bénéficié du soutien des Qataris.

Bishara a accusé Ennahda de “s’accrocher au pouvoir à tout prix (…) même lorsque le seul moyen était de construire des alliances opportunistes”. Autre reproche, la multiplicité des alliances du parti islamiste le fait apparaître comme “faisant partie d’un système de partis corrompu qui ne se soucie pas des principes et des valeurs autant que du pouvoir et de ses avantages.” Il a également critiqué le parti pour avoir cherché à marchander “la justice transitionnelle et la lutte contre la corruption.”

M. Bishara a reproché à M. Ghannouchi de s’accrocher au poste de président du Parlement et d’être ainsi une source de tension, ce qui a apparemment irrité Doha.

Dans l’un de ses dix points, Bishara a déclaré : “Ennahda est apparu comme représentant les partis défaillants lorsqu’il a insisté pour conserver le poste de président du Parlement.”

Il a exprimé l’opinion que si Ghannouchi “était dans l’opposition, il aurait été dans une position beaucoup plus sûre, et si le chef du mouvement était resté en dehors de la mêlée, cela aurait été mieux pour lui et le mouvement.”

Les analystes tunisiens ont estimé que la position de Bishara est arrivée à un moment délicat pour Ghannouchi et le mouvement Ennahda, et qu’elle a envoyé un message clair selon lequel Doha est prêt à ajuster ses positions pour être plus en phase avec la nouvelle phase menée par le président Kais Saied. Les analystes estiment que les Qataris ne sont pas disposés à s’opposer au changement populaire soutenu par la région dans le pays d’Afrique du Nord.

Le Qatar n’avait publié qu’une seule déclaration depuis le 25 juillet, dans laquelle il exprimait l’espoir que “les parties tunisiennes suivent la voie du dialogue pour surmonter la crise et consolider les fondements de l’État des institutions et instaurer l’État de droit.” Cette déclaration ne faisait aucunement référence à la situation du mouvement Ennahda ou de son leader.

Une source politique tunisienne bien informée a déclaré à The Arab Weekly que le ton quasi neutre du message d’Azmi Bishara équivaut à un feu vert de Doha à l’éviction de Ghannouchi, quelles que soient les répercussions sur Ennahda.

Cette source a ajouté que ce que Bishara a écrit constitue un signal de soutien au courant islamiste hostile à Ghannouchi au sein d’Ennahda.

De nombreux partisans d’Ennahda ont célébré le point de vue de Bishara comme reflétant la position dominante au sein du mouvement, ce qui a incité le porte-parole officiel d’Ennahda, Fethi Ayadi, à déclarer que “la vraie question aujourd’hui n’est pas seulement liée à Ennahda et aux réévaluations et autocritiques que nous devons faire. C’est facile et il en trouvera beaucoup qui répondront à cette question”.

Cette déclaration a été accueillie par des réactions de colère et des commentaires qui rendent le mouvement Ennahda responsable de la situation difficile du pays.

Les analystes estiment que les conditions sont devenues plus propices que jamais à l’éviction de Ghannouchi, que ce soit par ses amis ou ses ennemis.

De hauts responsables d’Ennahda avancent l’idée que Ghannouchi présentera sa démission dès que le Parlement reprendra ses activités, dans le but de courtiser l’entourage proche du président Said.

Ils considèrent qu’Ennahda s’efforce de préserver certaines de ses positions antérieures en échange de l’acceptation par Ghannouchi de démissionner de son poste de président du Parlement, ainsi que d’abandonner son rôle antérieur de superviseur des relations extérieures du mouvement.

On dit que Doha est favorable à de telles tentatives pour limiter autant que possible les dégâts pour Ennahda.

Ghannouchi lui-même a gardé un profil bas au cours des deux dernières semaines. Les rares manifestations de soutien dont il a fait l’objet ont montré qu’il était de plus en plus mis à l’écart et qu’il n’avait plus vraiment d’importance.

Article Doha signals shift of position on Ghannouchi – The Arab Weekly