Il a entrevu la sélection naturelle avant Darwin , le complexe d’ Odipe avant Freud, et les manipulations génétiques deux siècles avant la brebis Dolly. Sa critique artistique éblouit Stendhal , Balzac , Baudelaire ou Zola , qui lui attribue le fondement du naturalisme. Karl Marx a affirmé qu’il était son auteur préféré… Et pourtant, une grande partie de son travail n’a été publiée que longtemps après sa mort et le reste a été dispersé dans des milliers d’entrées dans un ouvrage collectif, “L’Encyclopédie’dont l’importance dans l’histoire de l’Occident peut bien être assimilée à la Bible. Athée, démocrate radical, grand mathématicien au savoir immense, causeur hypnotique, Denis Diderot se présente comme le génie libertin qui a sorti les Lumières de l’ombre. Et a enfin une biographie à la hauteur, « Diderot et l’art de penser librement » (Ariel), d’ Andrew S. Curran .

« Des années de lecture, de réflexion et d’écriture sur cet intellect éblouissant m’ont convaincu que notre époque peut beaucoup apprendre de Diderot », explique Curran. “Mais c’est un défi aussi fascinant qu’exigeant de rendre justice à un homme qui pouvait écrire sur la musique antique chinoise et grecque dès qu’il se levait, étudier la mécanique d’un métier à tisser du coton jusqu’à midi, aider à acquérir quelques tableaux pour Catherine le Grand pour l’après-midi, puis reviens à la maison et écris une pièce de théâtre et une lettre de vingt pages à ton amant le soir . »

Celui que l’on pourrait décrire sans excès de ‘Directeur des Lumières’ exercé dans l’ombre. A 34 ans, après avoir publié un panégyrique sur l’athéisme intitulé “Lettre aux aveugles à l’usage de ceux qui voient”, deux gendarmes frappent à la porte de sa maison, l’arrêtent et l’ enferment à la maison d’arrêt de Vincennes. Trois mois plus tard, un lieutenant général de police rend visite à Diderot dans sa cellule avec un avertissement : la prochaine fois, la peine ne se mesurerait pas en mois, mais en décennies. Dans la France absolutiste, c’était plus qu’une frayeur et Diderot ne publia plus sa signature de son vivant. Mais il n’a pas cessé d’écrire et pas seulement les nombreuses entrées de l’Encyclopédie, la société qui pendant des décennies l’a absorbé avec d’Alembert. Tout au long du siècle après sa mort en 1784, des romans inédits, achevés, très modernes et spectaculaires tels que « Le religieux », Jacques le fataliste ou « le neveu de Rameau » ont été retrouvés éparpillés dans le monde .

Sexe, mensonges et encyclopédie

Lorsqu’en 1742, à 29 ans, Denis Diderot sollicite la bénédiction de la veuve Madame Champion pour épouser sa fille Anne-Antoinett, « Toinette », blanchisseuse de métier, la première réponse est « non ». Leurs arguments ? Il ne voulait pas que sa progéniture ” épouse un homme qui avait des idées si provocantes, un homme qui ne faisait rien, un homme dont la seule qualité était la lèvre avec laquelle il avait si complètement séduit sa fille ” Et c’est que jusqu’à ce moment-là, Diderot n’avait réussi à gagner sa vie qu’avec quelques traductions et escroquer un couvent de Carmélites sous prétexte de postuler à la congrégation. Finalement la veuve a cédé, et bien que le père du marié s’est également opposé au lien – et , en fait, il l’enferma même dans un couvent pour l’éviter dont Diderot s’échappa tonsuré par une fenêtre – le mariage serait célébré en secret dans la paroisse parisienne de Saint-Pierre-aux-Boeufs le 6 novembre 1743. Dans le avenir Ils attendaient quatre décennies de mariage, six enfants dont un seul a survécu, et un catalogue interminable d’amants .

Le premier est venu juste un an plus tard, l’écrivain féministe et libre penseur Madeleine d’Arsant de Puisieux. Beaucoup d’autres se succéderont depuis lors, même si aucune ne serait aussi cruciale pour le « philosophe » que Louise-Henriette Volland, plus connue sous le nom de Sophie Volland , destinataire d’une correspondance massive – plus de cinq cents lettres – aussi étendue soit-elle. passionnée, qui nous ouvre une fenêtre privilégiée sur l’âme de l’écrivain. Volland était, selon Andrew S. Curran, « la personne la plus importante dans la vie de Diderot ».

Sophie Volland

“Beaucoup plus influents et importants que les brèves œuvres individuelles que Diderot avait écrites jusqu’à ce moment de sa vie”, raconte Curran, “l’Encyclopédie a été expressément concoctée pour transmettre la tentation et la méthode de la liberté intellectuelle à un immense public en Europe et, dans une moindre mesure, dans des contrées reculées comme Saint-Pétersbourg et Philadelphie. Enfin complétée par une combinaison de ruse, d’obscurcissement, et parfois même avec la collaboration des autorités, l’Encyclopédie (et ses diverses traductions, réimpressions et extraits et piratés éditions) est aujourd’hui considérée comme l’œuvre suprême des Lumières françaises : un triomphe de la laïcité du XVIIIe siècle, de la liberté de pensée et de commerce.Diderot a considéré ce dictionnairela tâche la plus ingrate de sa vie .”

La fin

Un quart de siècle plus tard, en 1772, Diderot, après une aventure éprouvante, achève les 74 000 articles de l’Encyclopédie, qui est alors le plus grand projet éditorial de l’histoire . Mille pierres s’étaient dressées sur son chemin : menaces, problèmes financiers, censure, persécution des puissants jésuites… Egalement des soutiens importants comme l’amante de Louis XV, Madame de Pomapdour. Son compagnon de fatigue, l’éminent mathématicien d’Alembert avait quitté le navire en 1758. Des plus de 150 écrivains, naturalistes, historiens, « philosophes », médecins, géographes et artistes impliqués dans l’entreprise, il n’était resté depuis l’origine finir de négliger sa famille,

Mille pierres s’étaient dressées sur son chemin : menaces, problèmes financiers, censure, persécution des puissants jésuites…

Lorsqu’en février 1784, malade et solitaire après la mort d’amis et d’ennemis tels que Rousseau, Voltaire ou d’Alembert, Diderot subit une attaque cérébrale, il ne perd pas sa légendaire faculté de parler . Dans ses célèbres mémoires, sa fille Madame de Vandeul raconta que son père tomba alors dans « un délire sobre et très rationnel » : « Il parla des épitaphes grecques et latines et me les traduisit, il développa la tragédie et rappela la belle des vers d’Horace et de Virgile qui récitaient. Il parlait toute la nuit. Cinq mois plus tard, le 31 juillet, en mangeant un abricot, Diderot mourut.

Par Daniel Arjona elconfidencial