Finaliste malheureuse en 2018, la Croatie est de nouveau au rendez-vous avec une équipe qui n’a pas tellement changé. La colonne vertébrale constituée des Modric, Brozovic, Kovacic ou encore Perisic est toujours là, bien aidée par quelques jeunes talents qui poussent.

Le parcours de qualification :

Battue en 8e de finale de l’Euro par l’Espagne au terme d’un match fou (5-3 a.p.), la Croatie a vite oublié cette déception. Elle a terminé sa phase de qualification pour cette Coupe du monde sur un quasi sans-faute. Terminant 1ère du groupe H, elle a conclu de la plus belle des manières en battant la Russie (1-0) dans une “finale” incandescente à Split. Avec la guerre en Ukraine qui a éclaté depuis le mois de février, elle aurait probablement obtenu quoi qu’il en soit la qualification directe pour le Qatar (la Russie a été suspendue par la FIFA) mais il n’empêche que les Vatreni sortent d’une très belle campagne : 7 victoires, 2 nuls et 1 seule petite défaite en mars 2021 en Slovénie lors du tout premier match. Malgré le peu de marge sur la Sbornaya au final, les hommes de Zlatko Dalic ont écrasé la concurrence en inscrivant 21 buts pour seulement 4 encaissés. Il y a eu quelques cartons aussi dont un mémorable 7-1 à Malte ou encore des 3-0 face à ces mêmes Maltais mais aussi contre Chypre et la Slovénie. Une bonne forme qui s’est confirmée en 2022 en se qualifiant pour le Final Four de la Ligue des Nations aux dépens du Danemark, de la France et de l’Autriche. Pour la phase de groupes, elle aura toutes ses chances contre le Maroc, le Canada et la Belgique, et pourra même espérer la première place.

Les qualités et faiblesses :

Année après année, compétition après compétition, le vivier croate reste toujours impressionnant, alors que le pays compte moins de 4 millions d’habitants. La génération de 2018 (Kovacic, Brozovic, Perisic, Vida, Lovren, Kramaric) emmenée par l’inoxydable Luka Modric (154 sélections, 23 buts) a encore du gaz et s’apprête sans doute (sait-on jamais) à vivre un dernier grand tournoi international. Il y a tout de même eu quelques ajustements et de nouveaux joueurs ont intégré la sélection (Vlasic, Pasalic, Majer, Gvardiol, Sosa, Stanisic, Susic) mais la colonne vertébrale est globalement restée la même. Elle s’appuiera à nouveau sur une tactique joueuse. La Croatie a toujours été une équipe qui aimait avoir le ballon pour mieux maîtriser son adversaire. Il faut dire qu’avoir un métronome comme le joueur du Real Madrid dans son effectif, assisté par Brozovic, et parfois Majer, facilite les choses. Dalic a aussi conservé son 4-3-3 à pointe basse permettant d’être davantage protagoniste du jeu, quitte parfois à tomber dans un jeu stéréotypé et prévisible. Aucun véritable buteur ne se dessine non plus dans cette équipe. Comme souvent, la sélection brille dans le jeu mais peine à être efficace sur la durée d’une compétition.

Le sélectionneur : Zlatko Dalic

Le Didier Deschamps croate. En poste depuis 2017, il a, comme son homologue français, une sorte de bonne étoile qui le protège. Arrivé dans l’urgence quelques mois seulement avant la Coupe du monde en Russie, le sélectionneur avait pu arracher le barrage et sortir vainqueur face à la Grèce. On connaît la suite. Finaliste face aux Bleus après un parcours épique (1ère de son groupe avec une démonstration sur l’Argentine, puis qualification aux tirs au but face au Danemark puis la Russie, avant de battre l’Angleterre en demi-finale après prolongation), la Croatie échouait de peu au titre suprême. Il en faut plus pour décourager Dalic. Devenu sélectionneur un peu à la surprise générale à l’époque, celui qui entraînait alors Al-Ain aux Émirats arabes unis a su saisir sa chance en fédérant un groupe talentueux mais en situation de crise. Toujours enclin à la communication avec son groupe, comme Deschamps, il a peu à peu gagné la confiance de ses joueurs, quitte à s’asseoir sur certains de ses principes de jeu. Son contrat s’arrête après la compétition.

La star : Luka Modric

Qui d’autre ? Star au Real Madrid, le milieu de terrain est une immense célébrité dans son pays. Il est même sans doute l’un des Croates les plus connus dans le monde. Finaliste malheureux en 2018, il avait tout de même obtenu le Ballon d’Or cette année-là. Dans le duel interrompu entre Cristiano Ronaldo et Leo Messi de 2008 à 2021, il est d’ailleurs le seul joueur à s’être immiscé entre les deux hommes. Une véritable prouesse qui s’inscrit dans son palmarès absolument colossal : 3 Ligas et 5 Ligues des Champions, pour ne citer que cela. Un peu moins bien ces deux dernières saisons, il est revenu à un excellent niveau en printemps dernier pour aider le Real Madrid à remporter une nouvelle C1. Le PSG, Chelsea et Manchester City s’en souviennent encore… À l’heure de participer à sa 4e Coupe du monde, et sa 7e compétition majeure avec son pays, Modric, 37 ans, demeure l’un des meilleurs joueurs du monde et le symbole d’une sélection, dont il est évidemment le capitaine. D’ailleurs, il n’a pas prévu de prendre sa retraite internationale à l’issue de ce Mondial.

L’attraction : Joško Gvardiol

Il n’a que 20 ans mais le monde du football est déjà à ses pieds. Gvardiol est considéré comme l’un des plus grands prospects en défense centrale. Formé au Dinamo Zagreb, il découvre là bas la coupe d’Europe et ouvre son palmarès. Ses performances malgré son très jeune âge impressionnent déjà, à tel point que Zlatko Dalic l’emmène avec lui lors de l’Euro 2020. Il venait pourtant de participer à l’Euro Espoirs. Le RB Leipzig aussi est convaincu et n’hésite pas à mettre 18 M€ à l’été 2021. Ses premières semaines ont été un peu compliquées, à un poste de latéral gauche d’une défense à 4 qui lui sied moins, mais il s’est rapidement mis au parfum. Aidé par un repositionnement de défenseur central axial d’une défense à 3, le Croate s’est parfaitement exprimé, même si les résultats en dent de scie de son club ne le montrent pas forcément. Il n’est pas le défenseur le plus grand, ni le plus costaud, mais il dispose d’une excellente lecture du jeu, d’un très bon sens du timing et de grosses qualités techniques. Pas étonnant donc de voir le RBL le prolonger l’été dernier jusqu’en 2027 pour mieux préparer son futur départ.

La liste des 26 :

Gardiens : Dominik Livakovic (Dinamo Zagreb), Ivica Ivušić (Osijek) et Ivo Grbic (Atlético de Madrid)

Défenseurs : Domagoj Vida (AEK Athènes), Dejan Lovren (Zenit), Borna Barišić (Glasgow Rangers), Josip Juranović (Celtic Glasgow), Joško Gvardiol (RB Leipzig), Borna Sosa (VfB Stuttgart), Josip Stanišić (Bayern Munich), Martin Erlić (Sassuolo) et Josip Šutalo (Dinamo Zagreb)

Milieux : Luka Modric (Real Madrid), Mateo Kovacic (Chelsea), Marcelo Brozovic (Inter Milan), Mario Pašalić (Atalanta), Nikola Vlašić (Torino), Lovro Majer (Stade Rennais), Kristijan Jakić (Eintracht) et Luka Sučić (RB Salzbourg)

Attaquants : Ivan Perišić (Tottenham), Andrej Kramaric (TSG Hoffenheim), Bruno Petkovic (Dinamo Zagreb), Mislav Oršić (Dinamo Zagreb), Ante Budimir (Osasuna) et Marko Livaja (Hajduk Split)

Source : footmercato, par Maxime Barbaud

Close

Évènements à venir